• Publié en
  • Hits: 3402
48,5% des intentions de vote au second tour, si elle y atterri une deuxième fois. Et, il reste quelques jours de campagne, donc elle peut encore grimper. Tout simplement Hallucinant ! Près de la moitié du peuple français disposée à basculer à l'extrême droite dans quelques jours ? Il faut vivre longtemps pour vivre ça !
 
Les réquisitoires infectes de Eric Zémmour contre les français d’origines étrangères et les étrangers vivant en France, a rendu tolérable le primitivisme prôné par Marine Lepen. Du coup, elle caracole dans les sondages malgré son passif et son discours limite nazi. Aux yeux de certains de ses compatriotes, elle a acquis de la légitimité au point de passer pour une candidate sérieuse. Certains chroniqueurs français non corrompus pourtant, la voient s’installer à l’Élysée, dans le fauteuil de Macron au cas où malgré le gain de la guerre en Ukraine pour sa campagne, ce dernier tombe, emporté par les affaires McKinsey, Ben Alla et autres.
 
L’on me dira que, sauf catastrophe, Macron sera élu parce qu’il sait bien utiliser la guerre en Ukraine pour échapper à la sanction du peuple français. Pour preuve, il refuse tout débat avec ses adversaires directs et les distance cependant dans les sondages. Il n’empêche qu’il y a un risque de voir la France basculer vers l'extrême droite et dans l’horreur des agressions légitimes.
 
Comment imaginer Marine Le Pen, hier fasciste infréquentable et décriée, devenir présidente de la république française ? C’est une hypothèse certes, mais elle est devenue plus que probable au point de faire trembler le tout puissant Jacques Attali, oui, même lui. "Sans revenir sur les frustrations, les déceptions et les colères qu'Émmanuel Macron et sa politique ont pu provoquer, il est temps d'affronter la réalité: Marine Le Pen peut être élue" affirme-t-il, avant d'enchainer par une série d'avertissements "La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays - la France - dans une crise sans précédent et largement irréversible". Le moins que l'on puisse dire est qu'il est, on ne peut plus inquiet, la légende ATTALI. (lire sa tribune sur www.attali.com)
 
Nous sommes donc prévenus, le prochain chaos à une tête blonde et préfère les chats aux arabes. Apès Donald TRUMP, le COVID 19 et la guerre en Ukraine, nous voici sous la menace des LEPEN. Il faut croire que nous allons finir par nous y habituer. Puis, vu où nous en sommes, un chaos de plus... pourquoi pas ? Depuis que les tragédies sont devenues des spectacles à succès grâce aux médias...
 
L'on a bien installé les talibans au pouvoir en Afghanistan. Et on a ordonné aux médias de se détourner des exactions que commettent nos bienveillants amis barbus, nous rendant subitement sourds et aveugles sur leurs performances.
 
 Sociétés frivoles ?
 
Il n’y a pas si longtemps que cela, le monde a été surpris par le mouvement des gilets jaunes, mémorable s’il en est, à la fois par sa durée et par le déchainement de violences observé. Si certaines des raisons qui justifiaient ce mouvement restent encore à être élucidées, sa légitimité ne souffrait d’aucune ambiguïté (autorisé ou pas). Le saccage des biens publics et la profanation de quelques symboles du pouvoir dont l’arc de triomphe, le plus emblématique de tous, laissaient entendre le grondement de la colère profonde d’une société exacerbée, poussée à bout par des politiques publiques contestables et donc contestées. Sans la manière ; dans les rues et au prix fort.
 
C’est du reste, ce que nous pensions. On se surprend à voir cette même société française contestataire et saccageuse, copuler avec le même système politique qu’elle décria avec autant de détermination et d’esprit de sacrifice. Certains gilets jaunes sont encore en prison pour avoir protesté contre l’augmentation du prix de l’essence à la pompe, d’autres sont éborgnés, handicapés à vie.
 
Et pourtant… si les sondages son crédibles, et, ils le sont pour la plupart, cette même société française que nous admirons, il faut le dire, pour sa vaillance, sa grande culture culturelle et démocratique, s’apprête à ré-introniser le même système. Le même système qui l’a matraquée, enfumée, éborgnée et traînée sur les pavés. Pire, elle est prête, cette société française, à adopter une fasciste trempée dans quelques bains de maquillages accommodants, pour la tromper.
 
C’est à se demander s’il n’est pas préférable d’être un politicien fasciste en Europe (c’est plus rentable) que d’être un excellent promoteur de la déclaration universelle des droits de l’homme et des peuples.
 
Oh que si, je les entends déjà, les sagesses incarnées du genre « De quoi il se mêle celui-là ? Quel est son problème ? »
 
Je réponds comme Aimé Césaire : qu’il est fort regrettable, sinon lâche, de ruser avec soi-même. Nous savons que ce qui se passe en France le matin à 8h, a des répercutions sur ce qui se passe en Afrique à midi, singulièrement dans les anciennes colonies françaises d’Afrique.
 
Alors, pourquoi la société civile africaine dont je me réclame (je n’ai besoin de l’autorisation de personne pour ça) devrait toujours se taire, indifférente, quand vient le moment de peser sur le choix du Président Français ?
 
Si notre opinion est si négligeable que cela, pourquoi nous en prenons-nous à la politique africaine de la France une fois que les jeux sont faits ?
 
J’ajoute que la gravité de la menace qui pèse sur notre vivre en commun (France-africains malgré nous) nous oblige dorénavant à nous engager publiquement et ouvertement, comme le font courageusement notre jeune frère Kemi SEBA et bien d’autres.
 
 Ousmane ALEDJI