• Publié en
  • Hits: 2066

Patrice Talon dou baba nou Zinsou… édoubaba ! Sans triomphalisme certes mais je m’autorise en ces lendemains du premier tour des présidentielles, à l’instar des jeunes de ma petite rue d’Agla kanglouè qui ont tapé sur des casseroles toute la nuit du dimanche, une fantaisie linguistique presque triviale : ‘’ Ils ont mangé le sable’’ C’est du fongbé.

 

L’image à laquelle cette locution renvoie dépasse de loin la célébration d’une victoire. L’autre dirait : le nez dans le sable. Trop pauvre ! On peut se retrouver le nez dans le sable par accident. Je préfère donc le fongbé de mes petits génies d’Agla Kanglouè : ‘’ Ils ont mangé le sable’’. L’image ne souffre d’aucune fioriture. Mieux, cette locution rend compte d’un rapport de force entre des adversaires en même temps qu’elle prévient : si tu provoques plus fort que toi il va te terrasser dans un premier temps et si tu n’implores pas sa clémence, il va te faire bouffer du sable, de la terre, de la boue, ton honneur.

J’ai le sentiment vague que l’Alliance Républicaine née prétendument avec des dents pour nous manger par KO cru a perdu ces dents de devant. S’il est une erreur majeure à ne jamais commettre en politique, c’est persécuter son adversaire. Le faire, c’est le consacrer, en faire le principal lieu de convergence des attentions ; il devient le martyre ou le héros; l'un et l'autre séduisent les peuples. Cela est vrai au Bénin, c’est aussi vrai ailleurs.